TEXTE THÉÂTRE « Bonbons, confidences et chinchillas »

BONBONS, CONFIDENCES ET CHINCHILLAS – Comédie 2006

  • Distribution modulable : 6 F / 5 H – 5 F / 6 H
  • Résumé : Réunissez, une charmante Marquise passionnée par les chinchillas, et quelques proches farfelus : un frère aventurier, une belle sœur responsable d’un salon de toilettage pour chien, une actrice prête à tout pour la gloire, une amie mariée et veuve cinq fois, un jeune agent immobilier, un cousin notaire anti-tout et sa femme excessivement timide … mélangez… assaisonnez avec un majordome fan d’Elvis et une cuisinière fan de cognac et de belote … ajoutez un héritage … un empoisonnement … des bonbons… quelques confidences… et dégustez !
  • Extrait de la pièce :

ACTE  II Scène 11

LUDO – Y’a du monde ? (Il cherche) Tant mieux, ça me laisse un peu de temps !… (Il mesure à grands pas la taille de la pièce et en prend note ) Cinq mètres par six ! Belle pièce ! A 1000 euros le m², une belle commission de vente là-dessus et c’est Ibiza assuré tout le mois de juillet !. (Il s’allonge sur le canapé, sort un paquet de bonbons et les dégustent un à un !) Un régal ! Un véritable téton de femme en papillote !

(Arrivée d’Eugène, Sheila et Rose.)

LES TROIS – Bonjour Ludo !

LUDO – Salut !

ROSE – Les autres ne sont pas arrivés ?

LUDO – Je n’ai encore vu personne, même pas Léonard.

ROSE – Je vais le chercher. (Elle sort)

LUDO – Alors Eugène, vous avez eu des nouvelles de la Marquise vous aussi ?

EUGENE – Des nouvelles c’est un bien grand mot ! (Il cherche dans sa poche, sort une feuille et la lit) Avec sa manie d’écrire des poèmes en toutes occasions, ça m’a toujours ulcéré !

« Chère frère et belle soeur,

Du haut d’un très grand mausolée,

J’entends vos c?urs désolés,

Voici pour vous réconforter,

Des friandises bien enrobées,

N’attendez pas et mangez-les,

Elles apaiseront vos pensées.

La Marquise

LUDO – J’ai eu la même lettre !

EUGENE – Nous nous sommes régalés, mais je n’en sais pas plus sur sa santé, ni là où elle est !

SHEILA – La pauvre, elle est peut-être perdue dans une immense forêt, comme le petit Poucet. Y’en a plein des forêts dans un voyage autour du monde!

LUDO – Elle aura toujours des bonbons à semer derrière elle !

(Entrent Gonzague et Mariette)

GONZAGUE – Bonjour à tous !

MARIETTE – Bonjour…

GONZAGUE – Laissez moi deviner : vous avez reçu un courrier vous aussi !

LES AUTRES – Bonjour .

GONZAGUE -Il n’y a toujours pas de domestique ici. La chatte est partie et les chinchillas dansent !!

LUDO – Très en forme le Gonzague aujourd’hui !

MARIETTE – Bonjour…

SHEILA – J’ai hâte de voir ce que Hortense nous a préparé pour le goûter !

(Emma entre essoufflée en tenue de motarde une peu provocante)

EMMA – Salut les anciens, désolée pour le retard, un casting à l’autre bout du département ! (Elle sort ses bonbons et en mange un)

LUDO – La rebelle, j’adore !

GONZAGUE – C’était pour quoi aujourd’hui, « Les motardes ont le feu aux fesses? »

EMMA – Évidemment, ce sont vos seules références cinématographiques !

(Rose entre avec Léonard)

ROSE – C’est bien, tout le monde est là ! Avant que l’on commence les festivités de notre chère amie ou parente disparue !Léonard a quelque chose pour nous, de sa part… celle de la Marquise !

EUGENE – Mais à quoi joue-t-elle ? La lettre et les bonbons, maintenant ce je ne sais quoi !

EMMA – Parce que vous aussi les bonbons ?…

ROSE – Nous en avons tous reçu ! C’est le côté que mon quatrième mari adorait chez elle : sa délicatesse !

LEONARD – Bon, j’ouvre où ça n’intéresse personne !

EMMA – Chut, Elvis monte sur scène, silence !

LEONARD – Mademoiselle Emma est trop bonne, si je puis dire ! Bien, sur l’enveloppe, il y avait mentionné : « A ouvrir en présence de tous mes proches dont la liste est écrite là » … C’est vous tous !

SHEILA – Bon vous ouvrez Léonard…

LEONARD – (Il ouvre la lettre. Il lit)

« Chers amis,

Je pense que vous vous faites beaucoup de soucis pour moi. Je suis à Vera Cruz et mon état de santé se maintient. Je me repose et profite de la vue.

J’ai beaucoup pensé à vous ces derniers temps ! C’est pour cela que vous avez tous reçu de délicieux bonbons. Je connais votre penchant à tous pour le pêché de gourmandise !

La vie est si courte ! A peine le temps de regarder autour de soi, que nous devons fermer les yeux. Mais les miens viennent de s’ouvrir ! Ma confiance à votre égard était entière, mais j’ai découvert que vous m’avez tous un peu trompé ! Vous paraîtrez tous étonnés, j’en suis certaine !

Alors, j’ai décidé de faire le nécessaire pour vous punir. Je ne serai jamais condamnée, vu le temps qu’il me reste à vivre. Mais justice sera rendue !

J’ai… »

(Léonard s’arrête, continue de lire seul et se trouve abasourdi. Il s’assoit, terrifié)

GONZAGUE – Qu’est-ce qui se passe encore, vous ne savez plus lire… (Il arrache la lettre des mains de Léonard et finit de lire)

« … Mais justice sera rendue !

J’ai empoisonné les bonbons de celui qui parmi vous a été le plus fourbe, le plus irrespectueux. Le vendeur d’élixir du souk m’a assuré de l’efficacité de son poison : dix jours sans effet après l’ingestion puis, le onzième jour des douleurs terribles pendant deux heures et hop, mort certaine, affaire classée, trahison vengée ! « 

GONZAGUE – C’est une plaisanterie… ! Elle n’a pas pu faire ça !

EMMA – Ah ! (S’évanouit)

SHEILA – Ça y est , on sait où elle est : à Vera Cruz !

( Mariette fait une crise d’asthme)

EUGENE – La punition des Dieux, le poison… « Morladé mondélé tépar »

GONZAGUE – Ecoutez, c’est ridicule comme situation ! Elle est trop naïve pour inventer une histoire pareille !Mariette, respirez pour nous éviter en plus un trajet à l’hôpital !

EUGENE – Détrompez-vous, sous ses airs de femme romantique, elle est diabolique !

ROSE – (Panique) C’est moi…Je n’ai jamais eu de chance dans la vie… Elle m’en veut toujours, je le savais …

LUDO – Vous voilà bien…

SHEILA – Pourtant, ils étaient super bons les bonbons ! J’espère que c’est pas toi mon Minou !

LEONARD – Alors là, elle m’épate ! Comment a-t-elle su ! « Trompeurs, c’est pour vous que j’écris : attendez-vous à la pareille ».

GONZAGUE – Quel mauvais esprit de citer La Fontaine en un moment pareil Léonard !

LEONARD – Attendez, il reste quelques lignes :

« Il existe un antidote, je l’ai adressé à la personne parmi vous qui m’a été la plus loyale. Alors si l’empoisonné veut la dose salvatrice, qu’il la mérite !. A chacun de trouver sa propre preuve de pardon ! Bonne semaine mes amis »

(Emma se redresse, puis retombe après la tirade)

EUGENE – Un empoisonné ? Un antidote ? Mais qui ? (A Ludo) C’est vous, n’est-ce pas ? Vous êtes le seul à ne pas vous sentir concerné.

LUDO – Tout doux Indiana Jones, c’est que j’ai rien à me reprocher, c’est tout !

EMMA – Je suis morte ? Où suis-je ?

GONZAGUE – Pas encore, vous avez sans doute onze jours d’avance !

ROSE – (A tous) L’antidote, s’il vous plaît !

SHEILA – Calmez-vous Mariette ! J’ai mon brevet de premier secours, ne vous inquiétez pas !

MARIETTE – Merci Sheila, je, je…

(Hortense entre joviale avec un plateau)

HORTENSE – Voilà le goûter : cocktail surprise et pain d’épices fourré à la confiture de carottes pour l’amabilité ! Comme bonus pour vous donner du c?ur à l’ouvrage, je vous ai mis quelques bonbons !

(Re- évanouissement, crise d’asthme, crise de panique)

(Noir)

  • Photos :
  • Ces compagnies l’ont jouée :

* Troupe « Folio’scène » (Maine et Loire) https://folioscene.wordpress.com/au-fil-des-ans/2006-bonbons-confidences-et-chinchillas/

* Troupe E.C. (Paris)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s