TEXTE THÉÂTRE « Y’a pas que des taupes dans la buanderie »

Y’A PAS QUE DES TAUPES DANS LA BUANDERIE (ou L’HÔTEL DES REPENTIS) – Comédie 2011.

  • Distribution modulable : 5 F / 4 H
  • Résumé : Votre commune peut s’enorgueillir de la création d’un « Théâtral Musée ». Aujourd’hui, c’est l’inauguration. L’âme de Georges Pichon plane sur cette journée mémorable. Une équipe de guides comédiens vous emmène au coeur des Années Folles. Qui est qui dans cette pièce ? Chantal et Marie-Jo vous diront tout… ou presque sur ces années où les femmes s’émancipent, où les mafieux se repentent, où les bonnes soeurs font des expériences scientifiques, où les taupes envahissent la buanderie. D’ailleurs, n’y a-t-il vraiment que des taupes dans cette buanderie ?
  • Extrait de texte :

Scène 7

(Arlette entre et allume la radio. Une chanson de Joséphine Baker passe. Elle danse.)

Arlette : Que de souvenirs !

Valentin entre. Arlette dans toujours.

Valentin : Arlette ! Tu devais être partie il y a une heure et que fais-tu là ? Une répétition des Folies Bergères…

Valentin (change de station radio) : «  .. toujours sans nouvelle de Dino Lucciano. La tension est à son comble au tribunal. Les accusés semblent se détendre alors que les avocats de l’ancien chef du gang de la pègre s’inquiètent pour leur témoin… Soulèvement féministe : ce matin « les gaines libérées » ont encore défilé, certains badeaux étaient outrés, d’autres applaudissaient savourant le spectacle d’un regard concupiscent…

(On frappe.)

Valentin affolé : Mon Dieu, c’est lui !

Arlette : Alléluia !

Valentin : C’est l’inspecteur ! Je ne veux pas qu’il tombe nez à nez avec… cette chose ! Il tente de la cacher derrière son mouchoir. On re-frappe.

Valentin : Si je ne suis pas retenu pour le guide à cause de tes extravagances, je, je…

(On re-re-frappe. Il ouvre.)

Claude Delbos : Bonjour ,Monsieur,

Valentin : Bonjour Madame.

Claude Delbos entre.

Claude Delbos : Enchantée de vous rencontrer. Madame… Ma sœur…

Arlette : Madame.

Valentin : Moi de même Madame… Mais oui ! J’avais complètement oublié que vous deviez passer.

Claude Delbos : Habituellement, on m’attend impatiemment !

Valentin : C’est bien le cas de ma femme ! Mais ne vous inquiétez pas, elle m’a tout expliqué.

Claude Delbos : Votre femme est absente ?

Valentin : Elle en est désolée, elle est débordée de travail, les femmes d’aujourd’hui ! D’ailleurs, vous aussi vous n’allez pas tarder à être débordée.

Claude Delbos : Qu’entendez-vous par là ?

Valentin : Vous allez voir… J’ai peu de temps à vous accorder car j’attends un visiteur important. Ma femme m’a dit de vous montrer vos quartiers, vous n’aurez qu’à faire comme d’habitude. Vous avez une heure. Il la pousse vers la buanderie. Quand vous aurez terminé, vous pouvez partir, ma femme fera le point avec Miss Margaret par téléphone. Il ferme la porte.

Valentin : Et toi tu as dix minutes.

Arlette : Tu n’es pas très aimable avec le personnel.

– ENTREPROPOS n°8 –

Conservatrice : Et pendant ce temps, le premier Salon des Arts Ménagers voit le jour, le procédé de congélation est inventé, les gens sortent au music-hall et dansent le charleston. Vive les années Folles !…

Eh bien non ! Il y a des gens dont la vie n’est pas si féérique.

Comme Joséphine Pencalet, la grand-mère de Georges Pichon. Joséphine est sardinière à Douarnenez et reste toute la journée debout , le visage au-dessus de l’huile et de l’eau bouillante en plongeant des grills remplis de poissons.

C’était il y a 87 ans. Et à cette époque, en 1924, une grève spontanée se généralise. Plus de 2 000 grévistes sont dans la rue. Des bagarres s’en suivent dans les rues de Douarnenez, les gendarmes chargent… Ce n’est qu’après 2 mois de conflit, que quelques patrons, signent un protocole d’accord pour quelques sous supplémentaires.

Et oui Mesdames et Messieurs, c’est aussi ça les Années Folles, ne l’oublions jamais.

Enfin bref, continuons…

  • Photos :
  • Vidéos :

http://www.youtube.com/watch?v=lDjNysmehww

http://www.dailymotion.com/video/xjlhbr_y-a-pas-que-des-taupes-dans-la-buanderie-folio-scene

  • Ces compagnies l’ont jouée :

* Troupe « Folio’scène » (Maine et Loire)https://folioscene.wordpress.com/au-fil-des-ans/2011-y-a-pas-que-des-taupes-dans-la-buanderie/

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s